Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 19:00

L'Education Nationale diffuse les taux de réussite des élèves au baccalauréat par établissement, voici quelques établissements proches (Le Raincy bien sûr, Villemomble et Livry-Gargan)

Une brochure indispensable

Tous ces résultats trouvent une nouvelle pertinence dès lors qu'on sait grâce à la brochure explicative, moduler les résultats en fonction de la provenance sociale des lycéens, et de la performance propre de l'établissement en terme d'amélioration ou de détérioration du score "attendu" : le taux de réussite au baccalauréat qui a été déterminé pour l'académie et la France entière en fonction de la situation de l'élève.

Consulter la brochure explicative de l'éducation nationale permettant de mieux comprendre les indicateurs de résultats.

Vous trouverez dans l'Express le palmarès 2008 des lycées calculé à partir des chiffres du Ministère

Voici le top du classement des établissements publics du département fait par Raincy-Nono comme l'année dernière :

  • Lycée Flora Tristan - Noisy-le-Grand
  • Lycée André Boulloche - Livry-Gargan
  • Lycée Jean Zay - Aulnay-sous-Bois
  • Lycée Voillaume - Aulnay-sous-Bois
  • Lycée Evariste Galois - Noisy-le-Grand
  • Lycée Albert Schweitzer - Le Raincy

Il est préoccupant de constater que le premier établissement public du département se situe en 10e position. Le lycée Albert Schweitzer n'est donc que 16e si l'on prend en compte les établissements privés. Les établissements d'Aulnay-sous-Bois font une entrée remarquée dans le classement, tandis qu'Evariste Galois à Noisy-le-Grand perd du terrain.

Télécharger l'intégralité du compte-rendu des résultats du baccalauréat 2008 pour la Seine-Saint-Denis (établissements publics et privés) fichier PDF 351 Ko

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fafoubleu 17/04/2009 11:17

La taille des classes ? A Saint Louis Sainte Clotilde, les effectifs, en collège ou en lycée, peut aller jusqu'à 30-32 élèves, voire plus.En revanche, effectivement, les gros bahuts où les élèves peuvent se sentir loin de toute surveillance est un problème. Et ce problème de l'encadrement est crucial, et souvent en première ligne quand il s'agit de faire des économies de postes. Mais les problème des moyens n'est pas forcément une explication. La socialisation des enfants, l'apprentissage et le respect des règles élementaires de la vie en groupe sont au coeur du débat. J'avais acheté à un de mes élèves de terminale qui arrivait toujours en retard un réveil... Et je comprends complètement ces patrons et chefs d'entreprise effarés de découvrir que leur jeune recrue ignore totalement ce que veut dire arriver à l'heure à son travail. C'est vrai, quand personne dans la famille se lève le matin pour aller travailler, car les parents sont au chômage, ou absents...

Lady Lala 17/04/2009 09:30

Je pense aussi que la taille des établissements et l'effectif par classe doit beaucoup jouer...

fafoubleu 17/04/2009 08:13

Que diable ! Ne recommençons pas la guerre public/privé ! Quand le petit père Combes cessera-t-il de hanter les esprits ?Saint Louis Sainte Clotilde, établissement privé sous contrat d'association avec l'état, n'a pas l'obligation de recevoir les élèves du secteur. Ou plutôt, le chef d'établissement peut sélectioner les élèves. D'où moins d'élèves dits "à problème", moins de soucis de communautarisme. Mais aussi des parents d'élèves au discours navrant du genre "je mets mon enfant dans le privé pour échapper au collège/lycée mal famé de la cité proche de mon domicile".Les enseignants de Saint Louis Sainte Clotilde ont les mêmes qualifications que ceux du public (professeurs agrégés, certifiés et quelques maîtres auxiliaires).Les résultats au bac reflètent donc le tavail des enseignants d'une part, et le fait que les classes sont  sociologiquement plus homogènes.Pour la petite histoire, un directeur d'IUFM conseillait aux parents de mettre leur enfant "dans le privé" si l'établissement de leur secteur avait une réputation disons, peu flatteuse.Pour faire bénévolement de l'aide à la lecture dans un atelier-relais, je peux assurer que ces enfants que l'on montre du doigt, sont vifs, intelligents et TRES attachants, et que le problème, que l'école ne peut pas résoudre, n'est pas scolaire mais ailleurs. Il est ailleurs, dans ces chaudières en ébullition prêtes à exploser, que sont les quartiers dit difficiles.L'objectif de l'ateler relais, qui dépend de l'Education Nationale et va chercher ces élèves en voie de perdition, est de redonner une chance à des enfants en voie de marginalisation (absentéisme scolaire, petite délinquance). J'ai 3 élèves, combien sont-ils laissés en route ?Et Saint Louis Sainte Clotilde récupère aussi des élèves chassés du public à qui on donne une nouvelle chance. Cessons donc de tirer sur ces ambulances, publiques ou privées, qui font ce qu'ils peuvent dans des conditions très difficiles.

brindille 15/04/2009 18:46

il est aussi intéressant de noter que le lycée que dénigre tant mr le maire, St Louis Ste Clotilde, arrive 4ème au classement départemental, et 100ème sur 1909 au niveau national..

Conseils municipaux

Les comptes-rendus des séances du Conseil municipal sont consultables en cliquant ICI

Chercher Un Article

Albums photos